Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Rossignol philomèle

Sortie tardive ce matin, à 9h... à Navacelles

Envie d'être près de l'eau, de me laisser porter par les sons, et les images que la rivière offre généreusement ! Mais je ferai un détour par les pentes caillouteuses aujourd'hui.

Oh ! Surprise ! C'est le chant du rossignol philomèle qui s'élève des fourrés au-dessus du chemin ! Le voilà revenu de la lointaine Afrique... Le paysage sonore change lorsque le rossignol s'est installé, son chant puissant masque d'autres chants plus ténus comme celui de la mésange bleue. Et c'est un chanteur infatigable, jour et nuit sa mélodie réjouit nos oreilles... Dans un arbuste, plus près de moi, chante une fauvette grisette, son gazouillis continue révèle sa présence, ici et sur le plateau, mais elle reste discrète. Comme le rossignol elle revient d'Afrique

Sur le talus, en contrebas de la route je découvre la tulipe australe en fleurs. Quelques pieds, au milieu des cailloux, que l'on retrouve chaque année à ce même endroit malgré l'instabilité et la fragilité du milieu !

Je descends à présent vers la rivière pour la longer vers l'aval, un chemin qui m'est bien familier. Dans les herbages, un orchis pourpre en boutons... Je me faufile par un passage de pécheur et me voilà tout près de l'eau. Oh ! un écureuil vient de bondir d'une branche vers le tronc voisin auquel il s'agrippe de ses quatre pattes écartées. Il s'immobilise ainsi quelques instants le temps d'évaluer le danger que je représente, puis s'élance, agile et gracieux, remonte le tronc et profite d'une branche qui s'étire au-dessus de la rivière pour passer sur l'autre rive ! Il n'est pas question de flâner à cette saison, il y a tant de choses à faire ! Cette vision de l'écureuil dans son bel habit flamboyant (se faire beau au printemps est une nécessité pour courtiser les belles) me ravit !

Envie de vagabonder ce matin ! Je visite d'autres passages qui mènent à chaque fois du chemin au bord de l'eau et je découvre la rivière sous d'autres angles de vue. Un tunnel de verdure ondoyante ! Ici le chant du troglodyte mignon, depuis un branche haut perché -le nid du troglodyte est-il dissimulé entre les racines de cet arbre ou d'une anfractuosité de ce rocher ?- et là celui du pinson des arbres. La mésange charbonnière, la fauvette à tête noire chantent aussi par intermittence; il est un peu tard, le concert matinal est terminé pour aujourd'hui !

C'est le hêtre, aujourd'hui, qui brûle de mille feux dans le contrejour. Sur les branches basses un jeune feuillage vert tendre s'est épanoui, et dans le haut de l'arbre les bourgeons entrouverts, libérant tout juste les feuilles, scintillent comme des perles ...

Mais pourquoi le hêtre ne "chante-t-il pas" ?! Pas de trou dans son tronc, comme dans celui du peuplier blanc voisin, pour abriter le nid du pic épeiche ou, plus tard, celui de la mésange charbonnière, ou de la sitelle torchepot ! Et pas de branchages accueillants pour le pinson des arbres ? Sur son sol dégagé, l'absence de litière et de buissons ne permet pas au rouge gorge familier d'y trouver refuge, ni, encore moins, au rossignol philomèle ! Une question me vient à l'esprit: les hêtraies seraient-elles silencieuses à l'image de leurs rares représentants ici à Navacelles ?! Voici donc un but pour une prochaine balade !

102-ww.jpg

 Le hêtre ici, campé sur de puissantes racines que les crues successives ont dégagé en partie, même silencieux, rayonne de vitalité -A chaque printemps les arbres vivent une nouvelle jeunesse nous disent les scientifiques (cf Francis Hallé)

Et il n'ignore pas que rien n'est acquis, rien n'est définitif, que tout passe, les jours, les saisons et les êtres.

 

Extrait de "Journal Nature 2017" de Joëlle Jourdan

 

Luscinia megarhynchos, rossignol philomèle

Sylvia communis, fauvette grisette

Troglodytes troglodytes, troglodyte mignon

Tulipa sylvestris,  tulipe australe

Anacamptis pyramidalis, orchis pyramidal

 

 

03/04/2017

Reflets

d'étranges reflets sur la rivière, à Navacelles ...

P1420551-w.jpg

une belle lumière filtre entre les nuages

P1420704-w.jpg

Irisation des rides du courant.

P1420682-w.jpg

magie des couleurs du ciel et du sol mêlées

 P1420696-w.jpg

des bleus, des ocres mouvants avec l'eau

P1420643-w.jpg

harmonie de couleurs avec celles de la pierre

P1420566-w.jpg

30/03/2017

Le concert du printemps 2017

Sur le sentier qui longe la rivière, et sous le couvert de la végétation en pleine effervescence !

 

Les mésanges charbonnières, mésanges bleues, mésanges à longue queue, le rouge gorge familier, le troglodyte mignon, le pinson des arbres,

mais aussi le pouillot véloce et la fauvette à tête noire, ils sont tous là ceux qui ont survécu à l'hiver, et ceux qui ont rejoint nos latitudes assez tôt dans la saison

et ils chantent dans les arbres ou les fourrés; dans l'épaisseur d'un feuillage persistant ou sur les hautes branches d'une arbre encore dénudé dont les bourgeons viennent de libérer un bouquet de jeunes feuilles vert tendre.

Se joindront à eux tous ceux qui nous reviennent de l'autre côté de la Méditerranée. Dans les pentes, la fauvette passerinette dont le chant se mêlera à celui de la fauvette pitchou, l'engoulevent d'Europe, et dans les fourrés du bord de l'eau, le rossignol philomèle.

 

Une belle lumière ce matin, au-dessus de la rivière et sur sa plage de galets. Le chant cristallin d'une fauvette à tête noire retient mon attention, je la cherche des yeux dans les branchages d'un tilleul, et dans le contre-jour, m'apparaissent alors mille flammèches suspendues aux rameaux. Je reste longtemps dans cette immobilité silencieuse et contemplative, et je deviens tour à tour fauvette, arbre dressé, ramure ciselée comme une oeuvre d'orfèvre, flammes dansant dans la lumière. Mes yeux s'agrandissent et s'abreuvent à cette lumière !

 

Nous allons si souvent, sur les chemins -et dans nos vies- trop vite, et sans voir toute cette beauté !

 

 

26/03/2017

Eaux printanières

à Navacelles ... après la pluie, aux premiers jours du printemps

P1420404-w.jpg

la rivière a une belle couleur bleu turquoise

P1420413-w.jpg

P1420430-w.jpg

dans les talwegs, l'eau est cristalline

P1420446-w.jpg

sous les ombrages humides du bord de l'eau on trouve l'anémone hépatique (Hepatica triloba) bleue ou, plus rarement, blanche

P1420458-w.jpg

La résurgence en cascade, à La Foux, gronde !

P1420463-w.jpg

dans les pentes et éboulis ensoleillés, à l'adret, l'Asphodèle blanc (Asphodelus albus ) fleurit

05/03/2017

A L'Art en Poche

à L'ART EN POCHE à LODEVE. Présentation de la série "Racine vagabonde" , à partir du 10 mars, à l'occasion du printemps des poètes.

Photographies de Joëlle Jourdan, et poèmes de Bernard Bienaimé dialoguent autour d'une sculpture de Martine Le Fur.

 Affiche-FIN-w.jpg

La Racine, telle un lutin de la forêt, a vagabondé dans la nature sauvage de Navacelles, aux quatre saisons; elle s'est amoureusement mêlée aux éléments -terre, pierres, eau- et à la végétation -lichens, mousses, herbages, dialoguant avec eux.

Joëlle Jourdan a suivi, à distance, ses pérégrinations, puis a fixé en images ses découvertes, ses émois...

Bernard Bienaimé, dans ses poèmes, nous dévoile leurs conciliabules.

 

L'ART EN POCHE    40, Grand Rue 34700 LODEVE

http://lartenpoche.blogspot.fr/

Joëlle JOURDAN, photographies   ART ET NATURE

Bernard BIENAIME, poèmes  L 'ART D'EN FACE

Martine LE FUR, sculpture céramique

 * * *

L'ART EN POCHE, horaires d'ouverture

Mardi à Jeudi de 11 à 15 h et de 17h à 20 h 30
Vendredi (jour d'apéro-spectacles) de 11 à 15 h et de 17h à 22 h 30
Samedi de 10 h à 15 h et 
Dimanche de 11 h à 15 h
et de 17 h à 20 h 30

*  *  *