Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2017

Le coucou gris

Il nous revient d'Afrique tropicale, il est présent sur le Causse du Larzac. Son chant qui porte loin, peut s'entendre depuis Navacelles s'il est émis tout près des gorges...

Dans la plaine de St Maurice, et en lisière de bois couvrant vallons et reliefs avoisinants (chênes verts, chênes pubescents, érables de Montpellier...), plusieurs coucous chantaient, à distances respectable l'un de l'autre. J'écoutais les divers chants, et herborisais dans le même temps ...

Et bientôt le comportement de l'un d'eux attire mon attention. Manifestement excité par la présence d'un autre oiseau -est-ce un mâle ou une femelle ?- un coucou se met à décrire un très grand cercle, plusieurs fois de suite, d'un vol vif et rapide en fouettant l'air; je peux entendre les frottements de l'air mêlés aux cris émis par l'oiseau lorsqu'il passe près de moi. S'arrêtant, quelques brefs instant en divers endroits de son parcours, il émet un cou-cou sonore et reprend son vol endiablé ! Fait-il ainsi le tour de son territoire pour le présenter à une femelle, ou pour le défendre de l'intrusion d'un autre mâle, je ne saurais le dire ?

Le deuxième coucou provoque la rencontre par endroits, et les deux oiseaux se confrontent émettant des cris brefs et rauques pour certains, prolongés pour d'autres... Puis ils s'éloignent, hors de ma vue...

Et les chants reprennent, dans la campagne proche et lointaine: Coucou, coucou, coucoucou ... Qu'est-il advenu des deux belligérants -ou amoureux ? Parade nuptiale ou défense du territoire ? il m'est difficile de trancher j'observe ce comportement pour la première fois, et n'ai pas assez d'éléments pour le faire ...

 

NB: le coucou gris se nourrit et de leurs larves, et particulièrement de chenilles velues délaissées par d'autres oiseaux insectivores. Mange-t-il la chenille processionnaire du pin qui fait bien des dégâts dans notre région ? On peut lui pardonner alors de parasiter le nid d'autres oiseaux, souvent bien plus petit que lui, comme les fauvettes ... dans lequel il pond un oeuf, après avoir évacué les oeufs de l'hôte, et lui confiant le soin d'élever sa progéniture.

IMG_20170423_202610366.jpg

chenille processionnaires sur un pied d'asphodèle

Extrait de "Journal Nature 2017" de Joëlle Jourdan

Écrire un commentaire