Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2020

Déjà

A Navacelles ...

La douceur de l'hiver, douceur qui se prolonge, réveille la nature. Le repos hivernal aura été de courte durée. Sur les arbres, éclosion des bourgeons et des chatons, et apparition des premières fleurs dans les herbages en sous bois. Les oiseaux chantent...

Ce matin, à l'approche d'un taillis en bord de rivière, un troglodyte mignon vindicatif m'a fait face. Nous avons fait preuve d'une grande patience, l'un et l'autre; lui dans la démonstration de son mécontentement, et moi dans celle de ma curiosité naturelle -naturaliste ?

Qu'est-ce qui justifie un tel comportement ? Etait-ce déjà un territoire de reproduction qu'il marquerait ainsi et défendrait de l'intrus que je suis ?

Devant mon immobilité qui lui est apparue avec le temps non menaçante, le troglodyte a fini par s'éloigner, sans oublier cependant de garder sa posture défensive; il ne s'agirait pas de laisser penser à un renoncement, une fuite, lâche ...

Il ne me restera qu'à vérifier au fil des jours la présence du troglodyte mignon sur ce même lieu, sa constance à marquer le territoire choisi pour accueillir sa belle et leurs nombreux petits !

Le printemps se prépare déjà !

 

NB : sur le site "oiseaux.net" nous pouvons lire que le troglodyte mignon, mâle, dès le début du printemps s'active à la construction de plusieurs nids disposés à des endroits stratégiques de son territoire. Et c'est à la femelle que revient ensuite le choix du nid dans lequel elle pondra 5 à 7 œufs.

 

Extrait de "Journal Nature 2020" de Joëlle Jourdan

15:23 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire